Voyage en Russie

Raplapla est partie en Russie dans la famille de Medni.

Merci pour ces photos.

Raplapla fait escale à Hong kong…

Voici quelques nouvelles de Raplapla à Hong Kong.

Dès son arrivée, Raplapla a pris un train rapide –une espèce de métro- pour aller de l’aéroport jusqu’au centre de la ville. Elle a été surprise par le très grand nombre de gratte-ciel et de tours tout au long du voyage.

La ville est située sur l’île de Hong Kong qui est composée de collines (on peut même parler de petites montagnes) assez abruptes.

Il n’y a pas vraiment de place pour que la ville s’étale, donc les habitations ont été construites tout en hauteur. Les bâtiments font pour la plupart au moins entre 25 et 30 étages.

Raplapla a vu des échafaudages: ils sont en bambou!

Elle s’est promenée sur le port de Hong Kong puis est montée au pic Victoria pour admirer la ville.

Depuis le pic Victoria, on a une très belle vue sur la baie mais le temps est souvent humide et il y a de la brume.

Malgré tous ses grands immeubles, Hong Kong possède aussi des jardins et des parcs et on peut très rapidement sortir de la ville pour retrouver la nature.

Raplapla a visité le centre ville très coloré et très animé:

Le territoire de Hong Kong est composé de plus de 40 îles. Certaines sont inhabitées. Pour aller d’une île à une autre, on prend le métro ou encore le bateau (ferry).

Raplapla s’est rendue sur l’île de Lantau pour admirer le Grand Bouddha.

C’est une immense statue de bronze qu’on peut voir de très loin à cause de sa très grande taille.

Raplapla a visité également le monastère de Po Lin, qui est un lieu sacré pour les bouddhistes, à Hong Kong. De très nombreux chinois s’y rendent en famille en promenade.

Puis elle a un peu marché sur le Chemin de la sagesse, une des prières les plus célèbres au monde. Cette prière est gravée sur des colonnes de bois.

En chemin, elle a pu croiser un cousin…

et une cueilleuse de thé. Le thé pousse sur un petit arbuste appelé théier. Cette dame choisit les petites feuilles les plus tendres au bout des branches de chaque arbuste.

Pour préparer le thé, on met les feuilles dans de l’eau chaude pour qu’elles infusent. Les chinois boivent du thé tout au long de la journée. C’est une boisson traditionnelle, il existe même une cérémonie particulière pour servir les thés les plus rares.

Notre vache est allée ensuite au marché aux fleurs et au marché aux oiseaux de Mong Kok, situés sur une autre île, à Kowloon:

 Les chinois apprécient beaucoup les oiseaux et certains viennent y chercher un beau spécimen pour tenter d’en faire l’élevage, ou pour égailler leur vie en l’écoutant chanter.

Raplapla a pu découvrir également l’île de Cheung Chau: c’est un endroit charmant très peuplé. Un port de pêche pittoresque accueille le ferry.

En se promenant dans les rues du village, elle s’est arrêtée devant de très nombreux marchands de poissons. Les poissons sont vendus vivants ou le plus souvent séchés.

Cette dame prépare le poisson directement sur son bateau avant de le vendre.

On voit des paniers dans lesquels le riz est cuit à la vapeur et vendu sur le marché:

Le riz est une céréale très consommée en Asie, c’est la base de l’alimentation.

On cultive le riz dans des rizières qui sont régulièrement inondées pour que le riz puisse pousser. C’est une culture très difficile.

Après ces quelques jours passés à Hong Kong, Raplapla va reprendre l’avion pour un long voyage de 13 heures vers Paris. Elle pense qu’elle viendra se réinstaller dans la classe, bien au calme… enfin presque!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Raplapla au nord de l’île du Nord…Nouvelle Zélande:

Raplapla a rencontré des oiseaux qu’on ne connaît pas en France:

le fontail, qui doit son nom à sa queue en éventail

le tui, un merveilleux chanteur

le fou austral

Après une longue marche, Raplapla a pu observer toute une colonie de fous austraux, il y en avait plus d’un millier: les parents pêchent le poisson, le digèrent pour en faire un bouillie et le petit va chercher cette nourriture au fond de la gorge de ses parents.

Ce sont des oiseaux migrateurs:dès qu’ils peuvent voler correctement,  les jeunes partent  vers l’Australie.

Quand ils sont adultes( deux ou trois ans plus tard), ils reviennent, au même endroit, en Nouvelle Zélande où ils vont se reproduire.

C’est un très long voyage: seulement un quart des oiseaux vont arriver à faire cet aller-retour.

Raplapla a voulu connaître également la ville. Elle s’est promenée dans la plus grande ville du pays, Auckland.

 

Dans le port, elle a vu le bateau de course au large de Franck Cammas « Groupama ». Il participe actuellement à une course autour du monde qui arrivera cet été en Irlande.

Cette course s’appelle la « Volvo Ocean Race ». Les meilleurs navigateurs du monde s’affrontent dans cette course à étapes. Raplapla a dû lui porter chance car le navigateur français et son équipage ont été vainqueurs de l’étape d’Auckland.

Dans ses promenades, Raplapla voit chaque jour de superbes paysages sauvages, mais ils sont aussi dangereux. Certains endroits sont propices aux tsunamis: une grande vague qui entre dans la terre et détruit tout sur son passage!

La population est informée par des panneaux de la route qu’elle doit suivre le plus rapidement possible en cas d’alerte pour se mettre à l’abri:

Raplapla est allée à la plage. Non, elle ne s’est pas baignée!

Bien que ce soit la fin de l’été ici, l’eau est un peu fraîche. Néanmoins, les néo-zélandais, qui adorent les plaisirs de l’eau et de la glisse, pratiquent un certains nombres de sports, le week-end ou le soir, après l’école ou le travail

Raplapla a fait également une longue promenade à l’extrémité de l’Ile du Nord, au Cap Reinga.

Devant ce phare, l’Océan Pacifique et la mer Tasman se croisent. Il y a de très forts courants et les deux masses d’eau s’entrechoquent et forment d’énormes vagues.(On les voit sur la photo en haut.)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voilà, Raplapla va maintenant se préparer pour revenir en France mais avant, elle va faire une étape de quelques jours en Chine, à Hong Kong. Elle vous tiendra au courant. A bientôt!

Raplapla en croisière aux Maldives…

Raplapla a pris l’avion pour aller dans l’archipel des Maldives, quand il est 8 heures en France, il est midi aux Maldives.

Raplapla  a atterri  à Malé, la capitale des Maldives. Comme l’île est toute petite, on y a construit des immeubles pour loger les habitants. Les autres îles sont souvent désertes et elles risquent toutes de disparaître avec la montée du niveau de la mer.

C’est un climat tropical: Raplapla a vu des cocotiers, des fleurs de frangipanier, des hibiscus et elle a dégusté des bananes…

Sur les îles on rencontre des lézards et d’énormes chauves-souris.

Mais les Maldives sont surtout très connues par les plongeurs car on peut y voir beaucoup de poissons et de mammifères marins dans une mer très chaude et transparente.

Raplapla y a vu des raies manta, des dauphins, des requins…

Elle a sculpté dans le sable un requin baleine :

Pour découvrir le monde sous-marin Raplapla nous invite à regarder les images d’Hervé qui fait de belles photos sous l’eau:

http://hmercadal.fr/igalerie/?alb=38

Raplapla découvre l’île des Maoris…

 Raplapla est de retour dans l’Ile du Nord. Après un voyage en bateau un peu mouvementé – le détroit de Cook est un très bon couloir pour le vent – Raplapla est arrivée en pays Maori, dans la région de Rotorua.

Rotorua est une ville située dans un champ géothermique. On y trouve des geysers, des sources chaudes, des fumeroles etc… et cela un peu partout dans la ville: dans la rue, dans les jardins publics, près des maisons, dans l’eau du lac! Vous pouvez le voir sur la photo derrière le bateau; il y a de la vapeur très chaude et il faut faire très attention pour ne pas se brûler.

Raplapla a rencontré un  maori.

Il porte à la ceinture une branche de fougère argentée. Il va la déposer à terre après une danse guerrière (il montre toujours sa force avec ses yeux exorbités ou en tirant la langue comme dans la haka avant les matchs de rugby des All Blacks) mais c’est pour bien accueillir des invités. L’invité doit lui montrer tout son respect de même…

Raplapla s’est fait photographier devant une maison commune maori. C’est ici qu’on discute des problèmes et que les questions de la communauté sont réglées. Pour y entrer, on doit enlever ses chaussures. On la voit aussi devant un « grenier », un abri à grain. Elle s’est demandé pourquoi la construction n’a pas été faite directement sur le sol. Avez-vous une idée?

 Ces constructions en bois comportent toujours des sculptures. Souvent ce sont des personnages et en général, les maoris font les yeux de leurs personnages avec l’intérieur d’ormeaux, d’un joli bleu turquoise:

Raplapla a également essayé un maillot All Black, cela lui va très bien mais elle n’est pas certaine d’aimer ce sport, elle préfère brouter l’herbe des prés néo zélandais!

Un nouvel oiseau rencontré, le myna. A l’endroit où la photo a été prise, cet oiseau fait son nid dans un trou creusé dans un cratère d’où sort de l’eau bouillante. L’air est donc chaud et humide et de cette façon, les oeufs du myna ont une incubation  naturelle et le couple d’oiseaux n’a pas besoin de couver! les fainéants!

Raplapla se prépare maintenant pour aller tout au nord de l’île du Nord, c’est un endroit très sauvage… à bientôt pour découvrir ses photos!

Inde – Cochin

La pêche au filet

Chute d’eau

       

Centre de Cochin

Toilette des éléphants

Dubaï